Poème de sociologie

Qu’est-ce qui fait d’un travail sociologique – en ce moment question au sujet de Loyautés radicales de F Truong – un poème de savoir, c-à-d. un poème ?  Tout le pan de question du rapport des sciences sociales à la poétique, Writing Culture, Clifford and Marcus, from 1986, where possibly I get my meeting with Talal Asad. Question un peu autrement engagée en France avec sa noblesse de lettres et en anglophonie, où l’affaire se noue sur d’autres bases. Voir alors le côté Vincent Debaene sur C Lévy-Strauss, la Pléiade etc.

Qu’est-ce qui fait – autre que le simple jeu de la reprise de postérité, qui inscrit les chefs d’oeuvre rétrospectivement par leur effet de source (Bloom et influence) – un Fabien Truong, même si son œuvre a déjà pris corps, 4 études publiées, soit un parcours intellectuel déjà matérialisé ; mais un Hoggart, Williams, Malinowski sans doute ; Hall. Des Freud et des Saussure. Des transformateurs, des inventeurs, de jeux de langage. Bifurcations, réarticulations, entrées et frayages. Recasting « society ».

A. Sayad, G Tillion.

A l’inverse exact, c’en est très irritant, de la poésie à souci « social » de M Macé.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.