Enseignement – reprise

Enseignement : le quotidien universitaire permet rarement l’attention concentrée à ses diverses dimensions, c’est l’irritant, et tant se fait au vol au fil. Il est ressort pour autant des cumuls, et des retournements, évolutions, bifurcations, plus ou moins explicitées et conscientes.

Mais parfois, un temps de lucidité ou d’appropriation, particulièrement plaisant quand il porte sur l’enseignement, qui est traité trop généralement dans le courant automatique du flot. Parfois des débuts de semestre, des conclusions de semestre aussi : les corrections de licence du dernier semestre ont été marquantes et même choquantes. Mes premiers contacts avec la mise en pratique de l’IA, et ses rhétoriques particulières, qu’on va apprendre à reconnaître, poétique quotidienne – objets intéressants d’ailleurs, par exemple “Here are some, “Here are a few”…

Ici, reprenant une respiration pour un long projet continu : le séminaire de doctorants. Je réfléchis aux besoins, des étudiants actuellement inscrits. Des objets disparaissent, dépassés et rendus impossibles ou invraisemblables, d’autres viennent en lumière, dont par la suggestion des étudiants. Séance sur la conception d’un chapitre de thèse : voilà un objet auquel je ne pensais pas. Je me rends compte qu’il est pertinent, et fait apparaître des arêtes significatives de la pratique de travail. Propre à l’exercice de thèse (formation à la recherche par la recherche ; démonstration de métier), et propre à la discipline. (“Chez nous”, les deux étant en miroir infini.) Une dimension rhétorique, avec ses préoccupations et ses apprentissages (gestion interne et conduite de la démonstration, signalement au lecteur collège invisible – ah si seulement, la belle fiction), une dimension scientifique (je l’appelle vite comme ça, quelle plus exactement ?, fonction propre au chapitre dans la machine d’ensemble, son spécifique dans l’argumentation globale, pôle de questionnement et d’épreuve, et de réponse), à inséparer d’une dimension expérimentale et épistémologiquement spécifique : quel traitement, du corpus.

Même sensation de légère fraîcheur dans la programmation de séances : aspects possibles à singulariser dans le travail, et possible à exercer, éprouver par pratique, recherche par la recherche, càd : recherche. Moins, à ce stade, reprendre les méthodes de la recherche bibliographique, quoique ces retours de b-a-ba ne perdent rien de leur utilité radicale (et on regrette, ces sensations de fondement, gestes et culture toujours insuffisamment assurés : mais une large partie de ça, étant donné le sentiment nostalgique toujours audible, très vraisemblablement jamais fondé : toujours au passage, à la volée, improvisé, avec la récolte des culpabilités quant aux lacunes. Structurellement – c’est le comique). Moins, reprendre ça, que peut-être l’aborder par le côté plus “avancé” de la Review of literature. Comme rapport à la communauté critique, et la détotalisation nécessaire des objets, dans leur discursivisation : apprentissage toujours à poursuivre, assurer, muscler soigner.



Citer ce billet
Claire Joubert (2024, 24 janvier). Enseignement – reprise. Ce que fait un angliciste. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vnv3

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search