Indologies comparées – et anthropologies des classes et castes

À noter et suivre, évidemment, les bifurcations des indologies française et britannique quant à l’anthropologie des castes, si on intègre les facteurs des idéologies sociales sous-tendant les études nationales : David Cannadine dans Class in Britain (1997, et projet pesant sur les thèses tout à fait spécifique et déterminé, contra E.P. Thompson et à l’inverse contra M. Thatcher) rappelle la représentation sociale dominante de la hiérarchie, malgré les avancées de la structure du vote aux temps des Reform Acts et 1832 (introduisant les middles classes) puis 1867 (les workings classes), dans la longue durée des vues de Burke et autres conservateurs sur l’épouvante de la Révolution française. Combien l’Empire britannique indien est une genèse, une nouveauté modernité, issue de la Mutiny de 1857 et entérinée par le passage à l’institution de Victoria en Impératrice des Indes :

  • “the British government assumed direct responsibility for Indian affairs, and began active promotion and encouragement of hierarchy.
  • A succession of censuses enabled the British to categorise every person in India on the layered basis of caste.
  • At the same time, the governement agreed ‘to respect the rights, dignity and honour of the native princes as our own.’
  • … a new order of chilvalry, the Star of India, was introduced in 1861
  • … proclamation of Queen Victoria as empress of India, which not only completed this new version of the social order, but also led to the imperial durbar of 1877, an invented, pseudo-medieval spectacular of rank and inequality. The British were developing in India ‘a more closely defined honorific hierachy‘, and were increasingly concerned to project an image of the Empire there as a ‘feudal order’.

Contextes comparés pour les analytiques de l’homo hierarchicus.

(Rappel cependant pertinent des logiques de la hiérarchie et de ses arguments : ordre, place individuelle – “chacun” -, indivision, déférence et autorité, + qualité providentielle. Identités imaginées comme individuelles dans un tout complet et cosmique, contre les divisions et conflictualités, “égoïsmes” et “self-interest” des classes comme identités collectives. Et donc uniformées, et leur sociologie sans nuance, supposant des homogénéités jamais réalisées. Descriptifs tels que rapportés par D Cannadine.)



Citer ce billet
Claire Joubert (2024, 30 janvier). Indologies comparées – et anthropologies des classes et castes. Ce que fait un angliciste. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vppe

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search