Agamben – le politique a l’âge de la « vie »

Aïe quelle souffrance de lecture, Agamben. Moi qui voulais seulement me cultiver sur les lignes contemporaines des pensées du politique post politisme. (132) Drôle de torsion imprimée à Foucault pour forcer la poursuite d’Heiddeger, en prenant par le Benjamin le plus messianique.

La proposition Agamben quant à un diagnostic du présent, ou une lecture des transformations du politique, en tout cas, extrêmement faible. Peut-être réduire à l’observation des constructions, dont la relecture et refacture  de son intertexte d’Aristote à Nancy où Negri ; contorsions pour, chemins dont extrêmes pour.

Au moins un acquis, 70 dans Homo Sacer 1 (1997) :

Or cela ne suppose rien de moins qu’un essai pour ne pas penser le fait politico-social comme un rapport.

Enfin « social » apparaît sur un horizon jusqu’ici appelé par « notre époque », « la loi » et « l’état d’exception », et alors « loi morale », sans historicisation. Ce qui était jusque là travaillé sous le terme de « relation » (conçu comme référence et contenu, soit en mimesis) passe, curieusement, à « rapport ». Et oui, la « tâche » se tourne vers la dimension horizontale, qui ne peut être qu’historique, de l’histoire du pouvoir et des modelages contemporains qui en sont possibles. Pensables.

  • Rq : d’accord, c’est une question, historiquement située, de la « fin de l’histoire » (70). Et alors l’occasion, la nécessité, de reprendre Kojève où il en était en temps de guerre froide : la fin de l’histoire conçue par le communisme. L’horizon de la société sans État. Agamben dit de Kojève : « les thèses de K sur la fin de l’histoire, qui impliquent l’instuaration d’un État universel homogène » (70). Les anti-politismes contemporains travaillent à cette question exactement.

Faut-il vraiment en passer d’abord par ce drame ? Le temps du deuil de « la loi » totale ? C.-à-d. de la jouissance hyper-cryptée du seuil, éros de la lèvre ?

Avec l’un des trucs habituels de ce culte : la parabole du langage, comme type de la non-présence, et de la relation jouissivement impossible ? (Ici 60,   28sq.). Et alors l’appui sur la littérature, lue à la philosophique. Kafka, Benjamin, Mallarmé. Et la philologie pour l’étymologisme.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.