David Cannadine on class – repasser l’histoire

Savoir ce qu’on sait sans le savoir ; resavoir, être invité à revoir, à réaligner, recomposer, penser à des connexions logiques et historiques connues sans être reconnues. La lecture de David Cannadine, Class in Britain, qu’il fait commencer au XVIIIe, et organisé en chapitres par blocs de siècles. Le livre est le long produit d’une intense infusion des discours des contemporains sur leurs propres perceptions sociales ; il est aussi un propos très daté, très adéquat à son contexte, ce qui en passant fait mesurer les qualités de timeliness mais aussi de fragilité (par charge idéologique) des travaux à chaud. Le contexte est l’écriture sans doute dans le cours des années du milieu 90s : il s’agit de digérer Thatcher, et son ousting par John Major, et la formation du New Labour, et le nouveau paysage en effet d’un nouvel âge politique aux niveaux national et mondialisé, mondialisant.

Mais donc : l’angle proposé, que le discours de la classe est à étudier dans ses décollements et kaléidoscopie constants entre faits sociaux d’organisation en classes et conceptions, vocabulaires et rhétorique – son terme opératoire et critique.

Par ce prisme, un système strict et sans défaut : passer chaque période (les tournants se marquant apparemment par les revirements de paix sociale à perturbations conflictuelles et inverse) au triple prisme des 3 modèles qu’il propose d’identifier : le hiérarchique, le triadique, le polarisé. La qualité du strict produit une rigidité pas toujours propice à la conviction ; celle du sans défaut fait au contraire la valeur de l’épreuve.

Et donc le regard passe de temps à temps, séquences atmosphériques reconnaissables (par les inscriptions littéraires, pour moi, et autres traces culturelles ou historiographiques longuement et diversement pratiquées), et projette la lumière à ces angles. Fait par là lire une quantité très satisfaisante de rapports, de compréhensions – sur les connections horizontales sociales, et les diachroniques. Dont, une dimension précieuse ici, une intégration mais aussi distinction attentive des colonies et dominions ; de l’Empire dans ses géographies et effets at home.

Malgré mes préventions contre son positionnement (d’époque) anti-marxiste, son insistance sur la perspective des représentations, et leur variété – comme la constance de ces variétés à travers le temps -, me rentre dans l’imaginaire réflexe. Bien.



Citer ce billet
Claire Joubert (2024, 1 février). David Cannadine on class – repasser l’histoire. Ce que fait un angliciste. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vqb0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search