“Leurs moments savants” – savance et intermittence, JC Passeron

Très vif plaisir à la qualité d’articulation (distinction, critique) posée dès les premiers propos par Jean-Claude Passeron dans Le Savant et le populaire, Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, 1989, avec Claude Grignon, époque intenses de la culture critique.

Il place par exemple très vite (juste il pose ; au lecteur de se tortiller à cette place sur la crête) les ambiguïtés ou plus des positions des intellectuels lettrés et autres savants, “les fractions intellectuelles des classes dominantes ou … les groupes cultivés associés ou aspirant au pouvoir” (36). L’abbé Grégoire en l’occurrence, et Balzac. Et donc le sociologue.

Cette qualité donne, et promet de donner, bien des punctures jouissives. Commentant le “racisme de classe”, et le fonctionnement ordinaire de la culture dominante dans ses opérations de légitimation & délégitimation :

La parlure [here he goes, the intellectual] populaire est entendue spontanément – même chez ceux qui savent, dans leurs moments savants, qu’ils doivent contrôler ce “sentiment linguistique” – comme un “patois social” … (its. mines, 37)

Et allez :

Il suffit d’écouter de bonnes bourgeoises – ce qui aujourd’hui veut dire diplômées de l’enseignement supérieur – parler de leurs femmes de ménage ou, comme le dit Hoggart, … son plombier, prototype de “ces gens-là”. (38)



Citer ce billet
Claire Joubert (2024, 3 février). “Leurs moments savants” – savance et intermittence, JC Passeron. Ce que fait un angliciste. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vqzd

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search