Écr.l’inf. : Ambedkar de Voltaire ; coups d’énonciation

Écrasez l’infâme, slogan de Voltaire, énoncé martelé en fin de correspondance, signature. Mots de contexte : in/tolérance, liberté, superstition (orthodoxie, dit la traduction anglaise d’A. Gopal au moment d’évoquer Ambedkar qui s’approprie ce relais). Religion, clé, et les Lumières, et la “philosophie”, critique et écrasante.

“Annihilation” est dans ce fil. Rhétorique Bhim.

Ce qu’est un mot d’ordre : non pas la lutte contre l’infâme, mais la délinéation de l’infâme, non identifié non énoncé jusque là ; non cerné par une prise analytique telle avant le moment logothète de l’énonciation, l’articulation. Il faut inventer l’infâme, c’est ici la création critique, logomachique. Énonciation d’un ennemi (identification, nomination, désignation : elles déterminent à la fois un agent et un front, et une cause), et équipement critique, de lutte ; répertoire d’opérations (énonciatives et publiques, de publication ; pragmatique du terrain, spécifique et justement spécifié, en acte de spécification), concepts de principes (utopie), concepts d’analytique critique ou démontage, dénonciation.

Ceci à partir du chapitre de Gopal sur Ambedkar des années 1937-1942 (entre la création de l’Independent Labour Party et celle de la Scheduled Caste Fédération, à la suite de la Commission Cripps, en pleine guerre mondiale) : “Historian of his time” – sur la caste (poursuite de l’analyse, poursuite des recherches et contre-lectures ; ici p. 592-3 il s’agit de la Gîta), sur le Pakistan, sur la “guerre juste” et le “hero worship”… La référence est faite à Voltaire, par Ambedkar, en conversation avec Manohar Chitnis.

De Voltaire aussi, la notion de faire “l’histoire de son temps”, que Gopal reprend en titre de chapitre sur cette période d’écriture, 1937-1942 (et ultérieurement pour les parutions) :

Quiconque écrit l’histoire de son temps doit s’attendre qu’on lui reprochera tout ce qu’il a dit et tout ce qu’il n’a pas dit ; mais ces petits dégoûts ne doivent point décourager un homme qui aime la vérité et la liberté, qui n’attend rien, ne craint rien, et ne demande rien, et qui borne son ambition à cultiver les lettres. (Voltaire à Bertin du Rocheret, avril 1732).



Citer ce billet
Claire Joubert (2024, 20 février). Écr.l’inf. : Ambedkar de Voltaire ; coups d’énonciation. Ce que fait un angliciste. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vv9u

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search