Heinz Wissman, Penser entre les langues

2012.

Herméneutique. Confusion sur la linguistique, en tout cas (lexique et syntaxe…). Et pan sur le nez à Saussure dès les premiers pas. Encore une lecture entreprise à contrariété garantie, mais à traverser pourtant. Parce que CH, et FK, et la cause du langage certainement. Lui la prend par Benjamin (relecteur de Kant, entre autres). Et ma foi une (rare) proposition sur le langage et l’étranger de ces temps-ci.

La germanitistique comme condition, bonne comme condition parce qu’on peut y repérer, et continuer à y comprendre, l’embranchement entre culturalisme et culturalisme. Langage et langage. Nationalisme et historicité. Luther, Humboldt, Heidegger, Bopp, toutes ces options et ces lignes en clivage encore douteuses, problématiques, sur le fil-même de la question du langage. Fil critique.

Puis la germanistique pour son épaisseur épistémologique, histoire scientifique (et politique) dense, et donc réflexivité automatique, dont chaque acteur est obligé d’être porteur. Enjeu du savoir, toujours en avant-scène (et en souci déontologique). Toujours un soulagement, d’être d’avance porté à ce milieu.

Et ici une nouvelle histoire des travaux de passage culturel de l’allemand en France, sur 50 ans or so. Tout éclairage ici est important.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.