Saussure : inconscient et sujet du langage

La question du sujet du langage reste à travailler dans Saussure. Je continue à y lire une invention – puissance de synthèse de la philologie, et puissance de réimagination impressionnantes – de l’inconscient c.-à-d. du social dans le langage. À placer avec les développements de la sociologie, (et sans doute des savoirs biopolitiques alors, savoirs d’Etat. C’est à poursuivre).

C’est ce nouveau sujet qui est construit, émerge par résultante de la nouvelle techtonique des plaques, nouvelles combinaisons épistémologiques. Qui est peut-être encore nommé « peuple » par 19èmisme ? Mais qui se transforme, comme « vie des peuples », en le sujet moderne ; la/une modernité du sujet ? (Freud, déconstruction des humanismes,  socialismes – ! pour la sociologie de Ferdinand -, contrôle, masses ?, tout ça à regarder de près.) Postmoderne, that is. Moderniste.

Il y a donc du boulot pour en refaire une lecture en génération toute autre que celle de l’apogée (et limite ?, anti-impérialiste) des 30 glorieuses. Valeur critique contemporaine de.

. Peut commencer à se faire par les interpellations toujours actives : Saba Mahmood, etc. Et plus en profondeur Butler, Asad, et toutes les propositions sur le performatif politique.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *