Les philosophismes

Irritation, à des blocages, ou captations, inutiles et à vrai dire pompants : ils pompent au service d’une forteresse discursive l’énergie critique commune qui est en question, sollicitée, interpellée into being dans le temps de la lecture.

C’est d’une part les fétichisations, avec le sentencieux.

D’autre part, revers du même effet : le geste de faire le vide. Tabula rasa de l’histoire, puis alors picorer à volonté dans telle bulle soudain fétichisée, par exemple comme lieu de l’origine pour telle ou telle question. Agamben sur le droit archaïque romain pour dégager le « secret » du sacré, survol de la souveraineté d’Ancien Régime, quelques textes des Révolutionnaires. (Ce qui n’empêche pas son Homo sacer de devenir de plus en plus convaincant, une fois l’effet cumulatif des arguments et références historiques ayant montré  la cohérence et la droiture de son traitement du matériau historique, conceptuel-historique qu’il assemble. De plus en plus impressionnant. Et sa rethéorisation du sacré (dont critique du mythologème anthropologique) donc à considérer.

Heinz Wissman sur l’entre les langues (et plus encoré, peut-être, sur le « penser ») ; Agamben lecteur/bifurcateur de Foucault. Les philosophies du langage toujours insupportables.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *