Agamben, dêmos, colonisé

. Il reste, une fois Homo sacer poursuivi jusqu’au bout et la fidélité de lecture débouchant sur une estime assurée, la question de la démocratie, pourquoi non sollicitée, sur la ligne de réflexion concernant le biopolitique ? Et la vie nue du colonisé, qui fait remonter la chronologie sa doute a une autre échelle, et à d’autres sens historiques peut-être, question de la formation de la modernité, ou politique moderne.

La question, qu’il faut aller reposer dans la lecture de Foucault, est celle du reposer entre démocratie (politique moderne, après la souveraineté dans sa perspective – ici bizarre extension de la part de Agamben – et après la discipline ? Revoir où il place les transitions de régime ; toujours un peu flottant et peut-être commodes, d’après souvenir) et biopolitique.

Biopolitique aux 60s, New social movements, le personnel est politique (comme mot d’ordre libératoire), question brûlante du colonial/racial dans les décennies de la Décolonisation.

La biopolitique donc comme intrusion de l’Etat dans les corps, mais symétriquement lieu de la subjectivation ? Politique du sexuel ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *