Ambedkar, prose : trans-lucide

La traduction seule d’Ambedkar montre par la dissection les fonctionnements de cette voix rhétorique si signée. Et c’est une intimité – je le sais déjà maintenant, c’est maintenant que je le sais – qui va être quasi impossible à partager. Non seulement la poétique Bhim, la rhétorique du légiste, du militant et du polémiste. Aussi : une efficacité dans l’anglais, qui ignore librement, d’une manière délibérée encore à qualifier, les exactitudes de la syntaxe et coupe direct, dans un bien-entendu pourtant parfaitement clair ; translucidité ! Une clarté vulgaire, d’abord, on comprend son intention et son efficace. Mais aussi : qui génère un rapport de lecture singulier, l’appel d’une adhésion, aimantation dans le point de vue ? Une invitation dans : on va ignorer ensemble les affèteries et les corrections de la culture légitime (redoublée : marathie, indienne, anglophone). On va sauter des chaînons, traverser des terrains de propriété, être d’accord pour passer direct.

On le sait par la traduction. Une poétique politique par une la traduction.



Citer ce billet
Claire Joubert (2024, 21 février). Ambedkar, prose : trans-lucide. Ce que fait un angliciste. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://cqfa.hypotheses.org/14652

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search