« Permanence du théologico-politique ? », Claude Lefort

Dans Essais sur le politique, XIXe – XXe siècles (1986), mais extrait initialement de Le Temps de la réflexion, 1981.

Inattendu Lefort : le théologico-politique est exploré dans Michelet, et la « voie royale ». Peuple de la Révolution conceptualisé, historiographié, par la « voie royale ».

L’ingrédient supplémentaire, et que je continue à avoir du mal à situer, est la question de la philosophie. Semble être une enjeu du texte, et de la réflexion : différenciation entre science politique et philosophie politique, sur la différenciation entre la politique et le politique. Ici : le politique associé au souci de l’institution du social, la formation, le régime, soubassements de l’exercice des rapport, auquel se limiterait la (science) politiques. D’où la pertinence, dit-il, de la discussion du religieux en temps de démocratie moderne (sans aller jusqu’à discuter de sécularité).

Puis cette proposition, pas encore placée p. 310, sur un statut, une présence paramètre, de la philo, ou « héroïsme de la pensée », ou « principe de royauté de l’esprit » (305). 306 « que de l’oeuvre s’accomplissant »,  « dans une nouvelle liturgie, sa propre pensée gagne se place auprès du peuple » (309). Alors que Michelet est bien posé comme historien et non philosophe.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *