“Littérature” et corpus : *Le Savant et le populaire*, suite

J’aborde la section “Textes et repères” du Savant et le populaire : entre les rédactions des séminaires sur le savant et le populaire en première partie du livre, et ce qui est sans doute la consignation d’une nouvelle série de travaux en séminaire, focalisés sur “Sociologie et littérature”. (Plus j’avance dans l’enseignement sur les littératures des Amériques noires ces mois-ci, et sur Ambedkar après Merton, plus “littérature” se présente sur la sellette, non seulement pour être interrogée, en bonne science normale, mais parce qu’elle prend un petite air très singulier, entre le moment où elle est devenue symptôme des dénivellations culturelles dont elle est une opératrice majeure (ère des Cultural studies, et des percées parallèles en France) et celui où son rôle moderne finit de se diffracter dans les nouvelles médiatisations numériques – où elle se dénude dans son histoire longue. À reprendre à partir de Goody pour la projeter sur le XXIe s.

Tout ça pour : le seul travail d’anthologie, sélection de lectures, formation de corpus, dans cette section du milieu du livre, est impressionnant en lui-même.

Toujours plus d’intérêt pour les corpus.



Citer ce billet
Claire Joubert (2024, 31 mars). “Littérature” et corpus : *Le Savant et le populaire*, suite. Ce que fait un angliciste. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w4y9

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search