Émotions populistes, Eva Illouz : sentiment sociologique, inconscient social

Comme toujours assuré dans les travaux d’Eva Illouz : tout le champ bibliographique qu’elle fournit, d’interlocuteurs et compagnons de travail, sociologie des émotions sociales ici. On fait toujours une visite entière et cartographie d’un champ de problème, qu’on voit au travail, collectivement. Euphorisant et assurant. Ici : du social du politique ; des émotions et des affects en psychologie politique et toujours si fermement en pénétration sociologique.

Il s’agit de désentimentaliser les émotions sociales – et d’abord en les associant strictement à leur systematicité, fait social total, dans les termes de Raymond Williams : structure of feeling. Et les rendre aux processus de la signification. (Ça peut passer près, frôler, je vois le texte chercher à se tenir droit en sociologie, tenté par les écueils, éviter les attractions culturelles justement, aimants de l’idéologie lourde. Pas loin de la sortie de route, encore de temps en temps p. 20 alors qu’il s’agit de la mise en place.)

“Affect” sera alors rendu au “non-cognitif ou précognitif” (p. 19) : on pourra aller jusqu’à inconscient social, qui est le social même. Et pour “émotion”, qu’elle semble chercher à tenir distinct : avec tous ses faussages de ce qu’une époque/école théorique a construit comme fausse conscience : le sentiment sociologique, au sens (contemporain épistémologiquement) du sentiment linguistique de Saussure.

Question de savoir, et de sociologie de la connaissance, mais surtout (pour mon intérêt) du savoir dans la vie sociale, de sémantique sociale, de linguistique culturelle. Illouz évoque, par exemple, l’expertise professionnelle des “arts de la manipulation”, marketing politique, lobbies, “communication strategies” dit un associé anglophone. La fabrique très consciente, hyperconsciente, ingénieure, de l’émotion populaire.

Avec toutes ses délicatesses (curieux comme les enjeux des sorties de route sont graves ici, et paraissent des pensées du social, du politique et du sens entièrement engagées), la question est fini et pénétrante – et dévoilante, dénudante pour tout sociologue ou politiste ou culturologue : le su et l’insu social, la vérité de la perception, la question étant de savoir de quoi elle est vraie. Où mettre le faux. Comme pour Saussure, où mettre l’arbitraire, p. 100 du CLG all over again.

(Pour sortir du rationnel/irrationnel, Illouz commence par poser la nature eudémonique des émotions politiques – ou est-ce sociales ?, ou est-ce la même chose ?, p. 20.)



Citer ce billet
Claire Joubert (2024, 15 avril). Émotions populistes, Eva Illouz : sentiment sociologique, inconscient social. Ce que fait un angliciste. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w819

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search