Émotions populistes – Eva Illouz contd.

Why call them emotions, at all. Si Eva Illouz cartographie 4 émotions intriquées pour cerner le phénomène populiste en Israël, peur, dégoût, ressentiment, amour (d’autres analystes ont préféré la honte au dégoût) – avant de lire son travail, et parce que je suis gênée (résistance à l’affect, sauf conceptualise pour ne plus signifier l’affectif…, et à l’émotion comme voie de sortie des rationalismes), je tire ma lecture plutôt vers, corrige plutôt vers : moins émotions que qualité de rapports sociaux, ou à la rigueur qualité d’attitudes relationnelles, sociales. “Expérience sociale”, quant à cette notion, étant nécessairement déjà sociale, “partagée” (adjectif associé, par Illouz), d’un ordre relationnel.

(Tiens, indice de ma gêne : une référence à Martha Nussbaum, Political Emotions. Why Love Matters for Justice, 2013 – p. 34, avec la référence aux Politiques d’Aristote.)

Je cherche donc, en lisant, à traduire et corriger, voir si ça tient pour moi en pertinence analytique, si dans “émotion” je peux lire “sentiment” (Saussure, “le sentiment de la langue”, savoir du locuteur, enfoui et socialisé, désindividualisé, dans l’opération de la langue) et donc, radicalement, “sens“.

Bon, il y aussi “interprétation“, qui se situe dans l’équation mais à sa place propre, décalée de l’émotion (dans un rapport avec elle : où se marque le geste de faire signifier), et peut-être plus près, perception. Ici les possibilités du percept, qui me gêne chez Del&Guatt, mais fait au moins son travail vers le concept chez eux. Une modalité du sens, une question du sens.

Illouz termine son introduction avec, formulation finale : “comment de telles émotions en sont venues à structurer le champ de vision des acteurs sociaux en Israël.” (37) “Émotion” ici comme structure et force structurelle, soit effet/pouvoir de contexte (discursif, culturel, “climat” dit Illouz), et force structurelle donc sur la perception, l’interprétation, le sens du social, le sens du système social – qui passe alors au politique, parce qu’il touche la qualité de la domination active, en acte. Non pas seulement en état, mais en action sociale et gouvernementale.

Je sais aussi qu’avec les textes d’E. Illouz, les démonstrations après annonces introductives sont systématiquement parfaitement élaborées et vérifiées : j’attends donc de bouger moi-même, à la mesure de son élaboration.

(En ajoutant les libellés pour réseau, et pour cerner, polariser : je me vois souligner encore une fois la sociologie de la connaissance, et l’enjeu non seulement des savoirs dominants, mais ici ceux des savoirs de la domination. Expertise, consulting, conseil politique (et alors les réseaux de causalité internationaux), marketing politique, lobbies, “arts de la manipulation”, ceux qui sont évoqués ici.) Ce noeud de savoir et pouvoir. La communication, aussi à verser ici.



Citer ce billet
Claire Joubert (2024, 16 avril). Émotions populistes – Eva Illouz contd. Ce que fait un angliciste. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w81a

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search