Université politique – mai 2018

Importante expérience hier, je l’attendais, de passer de la position de gréviste et radicale à celle de membre du CA de l’université. Tout ce qui se passe dans cette translation. Pratique de la targette. Casse-tête d’y comprendre quelque chose pendant que ça bouge, d’y marquer des repères.

(J’y repense en lisant Elias sur les paradoxes de l’émancipation, dans la sociogénèse de l’ “informalisation”. Complexités de l’autorité et de l’émancipation. Complexités des sens sociaux, et politiques.)

Une ligne proposée par la discussion : qu’il faille faire l’analyse de ce qui s’est passé, dans ce double problème de l’occupation “des exilés” et du blocage par les étudiants. Des attaques envers l’université, toutes deux par des configurations de mouvement social inattendus, inconnus – ce doit toujours être le cas, dans les événements du politique. L’inconnu s’étend alors à l’université ainsi interpellée – quelle est-elle ? – et aux rapports sociaux locaux, à reconnaître, à faire signifier, localement et dans le cadre national.

Faire l’analyse. Question d’une exigence féroce : existentielle, dans le processus même de la mise en domination. Sujet de ce faire : qu’est-ce que l’, cette, université ?  Quel acteur une université peut-elle être dans ses phases de transformations imposées ?

Une autre ligne évoquée, comme même une forme de celle-ci : un colloque plus qu’une AG, sur recherche et militantisme, recherche et engagement.

Ironie et piège de ces positionnements et propositions : y travaillera-t-on une autonomie de l’université, et de la recherche ? Si on fait d’elles des acteurs politiques, alors des stratégies et des luttes de pouvoir sont nécessaires à envisager. Où en sont les rapports de force de l’université avec le pouvoir actuellement ? …  et des universités entre elles.

C’est évidemment le rapport entre université et État qui est en jeu plutôt, et sur celui-là nous savons tous beaucoup, par expérience directe. Faut-il l’interroger plus ? Oui toujours, and monitor the evolutions, mais ne pas croire que c’est là la question qui pénétrera la réalité des rapports de pouvoir. Si cette “analyse” débouche sur des propositions institutionnelles à soumettre aux tutelles, peut-être, à voir – on sait aussi l’état des forces des ALLSHS, des universités par rapport à la CPU, etc. Qui a l’énergie, et les ressources d’opposition, pour entrendre de convaincre à une renégociation si profonde ?

La jointure à faire semble être : entre les pratiques de savoir et leurs effets contemporains, discours interne (aux SHS en effet – le CA rappelle que ce sont les établissements qui n’offrent pas l’université des disciplines qui sont cibles et fragiles – celles, aussi, qui sont critiques…), et la positivité de l’analyse des situations de pouvoir, avec leurs conclusions stratégiques. Ce sont des plans différents ; des jeux de langage distincts. Comment on croise les deux, pour une prise. (On peut prendre par l’histoire : en effet la critique institutionnelle, travaux et références de VS, les entreprises de Derrida, vs Deleuze et surtout Guattari…) Car, non ?, on ne s’extirpe pas en analyste de sa propre situation, autrement que par l’appui à une autre extérieure. Dans les dimensions de l’histoire, de l’étranger, de tous les comparés. Histoire de détotaliser le pouvoir qui presse.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.