Les mauvais peuples. Légitimité en jeu

Les événements de Paris 8, les retournements de la révolution (le mot arrive très tard, vers p. 500) dans L’Education sentimentale, le questionnement sur les droits fondamentaux du refuge (Betts & Collier) : chaque cas soulève la question du, et en effet réactive les arguments sur, le mauvais peuple.

Les effets de peuple à la démocratie douteuse. Ou, autre cas, difficile à reconnaître dans le Vraisemblable politique en place. Soit ensemble les rapports de classe, qui permettent une visibilité et interdisent les autres.

Extrêmistes, terroristes, nationalistes exclusifs, racistes, … ils sont à regarder. Quand les poussées sociales sont inverses au dêmos (now that’s the crux). Mais aussi simplement ceux qui s’essaient, dans leur processus de formation/invention/expérimention, qui est une mise en cause du dêmos en place.

Les mauvais peuples et mauvaises auto-interpellations comme peuple. ZAD, UFR 0, black blocs,  les questions ouvertes. Les mouvements terroristes eux-mêmes. Ce qui cherche à s’inventer là, et les légitimités des demandes sociales qui s’y expriment. Les limites toujours à refaire, à renégocier précisément, du politiquement vraisemblable.

Flaubert sondant toutes les lâchetés crasses des fluidités du politique. Affect bilieux. Quelle qualité d’interrogation de la démocratie est-ce que ça constitue, in fine ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.