Étudiants acteurs politiques

Une classe politique. Sa présence régulière dans les séquences historiques, variées dans leurs molarités idéologiques. Haïti 1960, Berkeley et Columbia des 60s ainsi que Oakland, les mouvements de 1968 du Mexique à la Chine. La Révolution russe, il me semble. Et ici : “the students duelling corps and nationalist fraternities” (The Germans, 50).

Pour discuter de la formation des valeurs universitaires en repassant par la modèle de Humboldt et par tous les producteurs de plans pour l’université après l’incursion napoléonienne, Fichte, Schleirmacher si je me souviens bien, et al., il faut prendre ça en compte. Non seulement mutatis mutandis, ce qu’est le public étudiant. Mais bien l’acteur politique que constituent les classes sociales, conditions socio-historiques, des étudiants. Qui modifie la signification historique de ce qu’il se passe dans les universités.

L’Université allemande dans l’establisment national ; sa part de germanistique dans le projet nationaliste ; ses clivages qui amènent l’exclusion des professeurs juifs (lieu d’exercice de la politique nazie, parce que tenant cette place sociale distinctive) ; la sociolité horizontale, quasi autonome, du monde social étudiant, qui indique combien l’appartenance à l’université est chargée de sens, hors tout rapports au savoir. Ceci pour reprendre la conversation avec CS.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.