L’invention des lettres – exposition BNF

L’Invention de la Renaissance“, visite hier à la BNF. Une récolte jubilatoire, d’étincelles d’une culture bibliophilique et philologique plutôt qu’une adhésion d’étude, n’ayant pas les moyens d’un plongeon entier. Thrill. Me remet sur les traces d’OTSOG – j’y recroise Vivès et Capella, Alde Manuce et Festina Lente, les coureurs de manuscrits et la vie passionnée des lettres, Saint Jérôme à sa cellule, ou studiolo. Commence avec Pétrarque, inventeur de bibliothèque. Passe à Amboise et Blois.

L’éros du livre, de la bibliothèque, de l’imprimerie et des nouveaux métiers du livre, des compilations éditions traductions éditions recueils relectures (textes retrouvés, Quintilien peut-être en l’occurrence, “dans d’immondes cachots”). Son temps glorieux – et l’étonnement (enchanté, car il légitime loin dans l’avenir jusqu’à nous et moi) que ces poussées intellectuelles, lettrées, otium litterarium, aient fait l’objet d’une captation, fétichisation politique, par les formes et groupes de pouvoir également en émergence dans l’âge contemporain. La dernière séquence de l’expo y est explicitement consacrée : de la bibliothèque lettrée à la “princière”. Après le stade donné en précèdent : la formation du thème de la gloire humaine (humaniste), des Hommes illustres, sur fond de prises de guerre dans les collections de livres. Ce soulignement : je découvre, avec pleine compréhension de logique historique – et gratitude de scholarship relayed.



Citer ce billet
Claire Joubert (2024, 30 mai). L’invention des lettres – exposition BNF. Ce que fait un angliciste. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11qv7

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search