Nation à l’Etat – Norbert Elias sur la sociogénèse du nationalisme

Elias, toujours impressionnant, sa “Digression sur le nationalisme” dans The  Germans. La double discipline, d’historiciser et de socialiser (passer par l’étude des classes dans leur processus de sociogénèse), toujours au travail, et passant de question à question (un peu dans un désordre essayistique tout de même), corrigeant les vues, discutant les prises de l’histoire des idées, de la philosophie, de l’historiographie, de “l’histoire politique”, de l’économisme marxiste…

Autour de nationalisme, par touches, par rappel de séquences dans le “changement des codes de conduite” et le devenir des “traditions de” classe : s’impose la proposition centrale d’une contradiction structurelle du nationalisme/démocratisation/modernisation produite par la confluence jamais complète, restée paradoxal, des traditions de classes dynastiques-guerrières avec les traditions culturelles, morales, égalitaires et humanistes de la classe moyenne arrivée au pouvoir et donc aux positions d’Etat.

Ces sociogénèses se faisant simultanément dans les deux plans de l’inter-étatique et de l’intra-étatique (vers 150).

La difficulté (historique ou conceptuelle ?) du passage de l’inter-étatique dynastique et princier au rapport entre nations souveraines.

Les contradictions, la genèse hétérogène, (et alors la continuité des conflits de classe et des révolutions) de l’état-nation. Comme “rapprochement and attempted reconciliation between the moral-middle-class code of norms and it’s Machiavellian-dynastic countererpart” – “was no easy matter”, continue-t-il (170).

Moment de formation de la nation comme souveraine (et sociologiquement alors, l’existence d’une société complexe et massive, progressivement intégrée par la mobilisation dans l’armée et par l’éducation) : Sieyès, Qu’est-ce que le Tiers-État ? 1789 même. (citation 455)

Que Elias doive poser l’inter-étatique et ses transformations paradoxales comme paramètre intégrant dans l’histoire de la domination bourgeoise : important. La dimension de l’étranger, pour toute théorie du pouvoir. Et la transformation du sens même de l’étranger,  laissant dans le passé la communauté de classe des princes européens (jusqu’à ses cosmopolitismes et familles transnationales à la veille de WW1), et inversant le rapport de communauté de classe à celui de nation/étranger.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.