Ambedkar avec O. Herrenschmidt, suite

Je le remarque dans le chantier Ambedkar comme dans celui d’OTSOG : il s’agit des compagnies pour la traduction. Mailler une compagnie dans le travail du transfert et passage, sortir du désert (qui est contradictoire aux langues) d’un rapport strict au seul “texte” en traduction (qui est une foule, et placé devant, pour l’instant encore, le mur silencieux de l’attente, limbe, éventuellement une brise y passe, du désir de la traduction). Pourquoi j’ai été si heureuse de la rencontre avec Enrique Murillo pour OTSOG, et tous les amis de texte réunis au fil des mois et des lectures. Toute la bibliothèque réunie, bibliophilie.

O Herrenschmidt, dont je continue la lecture pour encore les jours assurés à venir, me fait un interlocuteur, au plus exact du terme. Par qui une langue francophone peut se former, maille par maille. Avec la lenteur que je me permets, sans trop de choix : philologique. Tout m’arrête, m’intrigue, m’instruit. En anglais multiplement deporté, Inde, US, discours du droit, de l’indologie anglophone, etc., et en français – langue toujours vertigineusement, péniblement, étrangère.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Claire Joubert (14 juin 2024). Ambedkar avec O. Herrenschmidt, suite. Ce que fait un angliciste. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11tko


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search