En guerre : pragmatique – Stéphane Brizé, Vincent Lindon

Parmi de nombreuses remarques à noter :

. allant voir le film sans information préalable autre que le rapport à La Loi du marché et autres, j’étais dans la meilleure condition pour me laisser faire par le jeu de l’incertitude auquel le film invite énonciativement : documentaire ou fiction ? introduction d’un acteur (connu, lisible) sur une scène historique ? Jeu avec toute cette zone de bordure entre acteur et acteur social, scène politique et scène chorale (on y répète quelque chose du social contemporain), qui permet une exploration, un séjour dans, une certaine qualité de liberté : soulever les rôles et les places, déplacer les pôles énonciatifs, soulever la masse idéologique qui pèse sur eux, le temps de l’exploration. Avec ses after-effects imprévisibles. Exercice de la liberté.

Dans la lenteur du film, attentive, parfaitement cadencée : tout le temps  d’examiner par tous les aspects l’expérience du filmage, du choix des acteurs (non seulement non professionnels mais en fait, autrement, professionnels justement : syndicalistes, managers, ), des rapports de ces acteurs/acteurs à la performance à laquelle ils se prêtent ; de la conception de ce film-experience sociale-expérience du social.

Même choc de liberté qu’avec une Penthésilée donnât deux corps d’actrices à un même personnage (homme d’ailleurs – ou, on le comprend lentement,  pas d’ailleurs, cœur de la proposition, effectuation de cette féminisation, gender-questioning, queering,  du théâtre.)

Acte d’énonciation, acte social. Autrement que par l’association toujours pertinente avec des traditions thématiques dont on peut faire des traditions cinématographiques (Ken Loach, cinémas engagés, tous les Germinal). L’invention du performatif qui touche, autre chose que la pratique d’un performatif trouvé.

. scènes longues, où la caméra reste bousculée au milieu de la presse des groupes, cherche à y habiter, à en prendre le rythme. On se met à entendre la musique, très choisie, lyrique parce que sa sentimentalité est propre et non emprunté. Scènes chorales. Presse des Perrin et des CRS. On y reste. La violence est étale, sans didactique. Les scènes sont assez longues pour monter en allégorie, représenter plus qu’elles même dans l’ordre réaliste. Danse, chorégraphie des groupe ; théâtre, dans ses chorals. Il s’agit de tragique : ce spectacle, cette stase en awe, sidération (catharsis ici ?), voir ça, rester devant, être pris par. C’est à dire, car il faut le prendre à l’inverse, que le tragique est l’expression de, l’expérience artistique de l’existence indubitable, incontournable, à confronter, à méditer au sens yoga, de ces forces et rapporte de force. Et formes du destin, soit d’histoire globale des hommes. Rester devant ça. (Lordon gigote – j’ai juste vu passer un signal d’un texte qu’il a fait, qui enjoint à, où dit son expérience à, impossibiliser cette statique, pas de catharsis ici mais de l’engagement, mobilisation, appel à la transformation. Valeur de ces deux directions, ou danses.)

. la choralité c’est que le social est à la fois représenté et en performance, en énonciation, de lui-même. Chevauchant la fausse ligne de la mimesis. S’installant au fin de, peut-être à la ligne paradoxe entre, sphère référentielle et sphère sémantique. Encore cette idéologie, à crever, et la jouissance, de liberté, chaque fois qu’elle crève. La catharsis : figure possible, proposée, pour penser cet espace commun, d’un social de plain-pied avec le processus de santé sémantisation. Concept de pragmatique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.