Saussure et littérature, contd.

Je pensais pouvoir discount la question est elle revient et résiste, avec les lectures continuées. Conservatisme littéraire de Saussure (faudrait pouvoir me rendre compte de sa “Poétique de Parny“, consultable à Genève), par exemple. À relier à ses mises à distance, en termes curieusement sévères, de l’écriture et en conséquence, plus encore, de la littérature.

Placer dans cette équation problème

. la stylistique de Bally – comme précisément non pas individuelle mais la part sociale, et pour l’oral contre les obstacles que posent les textes écrits à l’analyse. Non pas la discipline littéraire que somehow elle est devenue, ou que le terme en est venu à couvrir. La stylistique de Bally est le faux-départ pour, fausse route généalogique, pour la compréhension d’une possible poétique saussurienne.

. l’agence de Jakobson pour l’introduction de la littérature dans les objets et les plans d’application de la linguistique générale saussurienne. Par le branchement qu’il était en situation de faire, avec les traditions russes en littérature, art, et épistémologie : formalisme pour une nouvelle intersection littérature-art et théorie, homothétique du romantisme. Pour le flanc théorie, la proposition d’une nouvelle objectivité de l’étude littéraire.

“Les Chats” avec C Lévi-Strauss, “this structuralist poetics” dit J Joseph (641 or so), les “études littéraires”, “problèmes” (1928) aussi, et en rapport étroit avec la phonologie. Ici le lien est fortement saussurien, malgré ses issues de positionnement (il fallait faire reconnaître l’histoire russe de la pensée du langage en amont et en parallèle avec Saussure, et décompléter Saussure comme unique source de bien des points de découverte.

J Joseph finit son Saussure avec une section concise et éclairante sur la postérité dans le structuralisme, puis dans les études saussuriennes à partir des années 1950, Godel. Nota : le regard est anglophone, et place Barthes selon le récit britannique – la référence étant explicite, à Simon During. Barthes comme moteur pour les études littéraires, et en les ouvrant  à tout de la culture comme texte. Ici les Mythologies (tiens, cf. la place généalogique de la mythologie, dont comparée, et ce revirement de valeur – en jeu, l’idéologisation des 60s), et les Essais de sémiologie, 1967, comme “textbook” (again, the view sounds faintly foreign).

 

Simon During sur les Mythologies :

the founding text of practical ideology-critique.

Ici une opération – d’historiographie, de traduction théorique aussi. Quelque chose qui n’est pas saussurien en tout cas. Retravail structuraliste au-delà de Saussure. Voir la partie liée avec le statut épistémologique de la littérature précisément.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.