Institutional design

Difficile de ne pas se laisser entraîner à la force de persuasion de Refuge, Brett & Collier. Il en va pourtant peut-être de ce qui sépare “institutional design” de l’analyse institutionnelle, pour prendre ces figures.

La remarque est faite sans rejet, l’apport de leur étude est trop puissant en information, et en “vision” en effet, pour prétendre à leur tenir en aucune façon la dragée haute. Largeur de la vision proportionnant la qualité de l’éthique. La surprise ici est : le principe du “reaching everyone”, égalité globale, mise en enjeu des différentiations et inégalisations. Perspective percée (dans le sac de nœud “crise des migrants”), que je n’avais pas encore rencontrée ou conçue.

Le ton de la positivité, policy studies style, toujours une limite, un test. (Après la critique doit faire le travail pour identifier l’affect et en faire peut-être quelque  chose, d’autre que la réénonciation de la haine de classe.)  Accompagné d’une lucidité de la prose époustouflante et enviable, et pourtant. Pat. Décomplexifiante. The strong narratives. Quelque chose d’anglophone aussi.

And the imagination of action. La question sociologique ensuite est celle de l’effectivité de cette action analytique : comment en effet relayée, branchée à la policy, et surtout au niveau international, où le brouillard pragmatique est maximal (y compris par stratégie – car on sait en user : s’orienter dans ces effets). Le branchement au pouvoir.

Says one who has no pragma. Minimal pull of a social position in idealism. There is a social jealousy here. Can it be activated, there’s the opening.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.