Littérature, le problème

Lu dans Télérama, entretien avec François Busnel, animateur de La grande librairie, now in its 10th season, placé en péroraison de l’article :

 Pour quelles raisons ? Quand êtes vous satisfait d’une émission ?

(Il hésite.) Je pense que la bonne émission, c’est celle qui rendra Bernard Pivot jaloux ! Ce n’est pas demain la veille… (rires). Un jour, un jeune homme m’a confié qu’il s’était remis à la lecture en écoutant Christian Bobin sur le plateau de La Grand librairie. Il avait été déscolarisé à 13 ans, avait fait beaucoup de bêtises, et Christian Bobin l’avait aidé à s’en sortir. L’enjeu est donc politique, aussi. [La référence est à une remarque précédente, sur « le service public, c’est l’école du peuple »]. Et puis une émission est réussie quand un livre de décolle, il faut le dire. Je revendique l’ambition de faire lire des livres, tout simplement.

Tout se joue dans la teneur de cette pragmatique obligatoire. Bon teint.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.