Romances révolutionnaires – l’analyse institutionnelle

Je lis comme des romances des récits théoriques, ou aventures de la théorie dans le « champ social » (V Schaepelynck), ces multiples séquences, je les chercher partout. Ces actions et activismes et réalisations : Révolution haïtienne, geste de Bandung et intellectuels-politiques anticolonistes, nationalistes indiens et combattants dalits, inventeurs critiques, fondateurs logothètes, bifurcateurs décisifs… ici, l’activité fourmillante, effervescente, des années 1950 en France, avec tout ce tissage imaginatif, fraîche énergie libérée d’une génération de la Libération,  entre critiques de l’école, de la psychiatrie, de l’art, du travail social, de l’architecture, du militantisme (série prise à L’Institution renversée, 29).

Ici l’objet doublement excitant, titillant : la « pensée critique en acte », l’institution mise au travail, dans l’analyse institutionnelle. Société analysée-vécue-transformé, en théorisation-institutionnalisation « permanente » (mot régulier de VS).

Les années 1950 en France, zone (par moi) mal connue, le plaisir de voir la décennie remplie par ces aventures en effet replacées, contexte remaillé.

Des aventures où on (je) daydreams des projections de soi, comme acteur.  Et, la condition pour l’action : un collectif (d’action) qui fabrique un monde partagé.

La question se présente alors, un peu automatique avec l’automatisme du narcisse : et moi et nous ici maintenant ? État des imaginations et des projets (fatigues et aliénation du projet, of course), état des prises de la critique, qui devrait également être autant d’utopies réinventées et diagnostiques du social. Déploration des absences et de ses aliénations, ça c’est toujours disponible, et après reste le travail pour identifier ces groupes/critiques.

Après encore : étudier l’effet romance. Qui est un affect, et encore bien des choses. Un rapport au pragmatique. Un rapport mal parti, mais un rapport néanmoins.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.