Ce qui s’est passé – Paris 8 printemps 2018

En CA, puis à nouveau dans ce très différent forum de la réunion hier de l’UF interpellée spécifiquement par le saccage de son bâtiment : question posée de comprendre ce qui s’est passé. « Faire une analyse ».

Il s’agit bien, je le comprends dans le déroulé (qui est ma formation, ma lente compréhension, et l’étonnante réalité d’une réflexion collective), de nous fabriquer un récit « commun », malgré les positions divergentes exprimées.

Vif plaisir de me sentir dans cette communauté – toujours l’effet communauté, dans ces moments de crise, entre mobilisés et présents -, collègues sociologues politistes anthropologues et genristes en particulier, pointus, réflexes analytiques précis, réflexes idéologiques puissants aussi. Finesse. TB, entre autres, engagé dans la commission auprès de l’occupation des exilés. Chance extraordinaire de côtoyer, d’en apprendre, et de m’y reconnaître, malgré (innocence ignorance de discipline, entre autres)

Dans ce collectif/cette communauté, avec chacun de ces individus chercheurs singuliers, je peux faire mon chemin et j’aimerais que c’est ce qui se passe pour chacun : y trouve son chemin, pour une compréhension de la séquence depuis janvier.

Et oui je crois que j’en suis là : il s’est passé que nous n’avons pas cassé le cours instituant des choses quand les décisions ont du être prises pour mettre en place ParcoursSup, épuisement de la lutte, repli sur le stratégique au minimal. Alors que la mobilisation étudiante l’a interrompu. Puis développements rapides du mouvement, avec ses transformations et ramifications/scissions. Où et qui « sommes-nous », alors ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.