Fils dans les littératures du monde musulman

Lente maturation, toujours, des « littératures du monde musulman » que je vais continuer à cogiter sous la forme d’un enseignement de master l’hiver prochain. Cette fois avec le soulignement : « histoire et enjeux contemporains de l’orientalisme ».

Apparu récemment : il y a trois fils que je peux commencer à tirer pour faire apparaître le transnational et la criticité contemporaine de l’islam :

1. le ghazal gazel, culture du divan, cours, persan – en Turquie ottomane, en Inde moghole, au Pakistan contemporain (Iqbal), en Perse islamisée, soufis… interface possible aussi entre profane et religieux. À mettre en écho aux littératures populaires, vernaculaires (ex poésie orale et folklorique turque).

2. la réforme sociale et culturelle, la rencontre / relais de puissance avec l’Europe, l’interface coloniale et postcoloniale ; l’histoire des savoirs et des  pensées, idéologies, théorisations, – épistémologie

3. islam comme cible et crux de la mondialisation : géopolitique des pays arabes, islamismes, War on Terror, néo-orientalismes

4. et reste le fil explicite de la référence commune islamique, l’arabe, le Coran et tous les textes et les docteurs des textes, histoire discursive ramifiante et réflexive – variation extrême, par la logique de l’empire (expansion transculturelle) comme par celle de l’intensité épistémologique  de l’islam, et enfin celle de sa décentralisation idéologique et dispositive.

5. ajouter également : les phénomènes de transnational à observer se faire dans le contemporain : Tariq Ali sur Al-Andalus, de même que Muneesha Shamsie…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.