L’ « institution » de 2018

Je sais l’importance, la pertinence élucidatrice, de la réponse à la question : qu’est-ce qui, now, peut équivaloir à l’institution comme cible de la réflexion (objet produit-trouvé par la réflexivité sur la critique, ses moyens- ses directions, ses exigences en nouveau contexte) sur le pouvoir dans les années 60 sorties des 50s.

Le problème posé est ouvert. Les réponses ne se présentant pas dans l’évidence, c’est justement que l’équation entière a bougé, et qu’il faut trouver tous les paramètres qui ont été déplacés. Situation globale d’énonciation. On peut donc d’une part chercher des homologies entre âges ; et de l’autre chercher à voir toutes les dimensions où les relais pragmatiques, social-théorique, se sont réarticulés, en générant des institutionnalisations que pourtant on conceptualisera sous d’autres cadres.

Par exemple : les désinstitutionnalisations comme stratégies du capitalisme financier-postindustriel. Dérégulation, détricotage de public et de l’Etat comme Etat social. Quel mode de l’Etat, alors ? Et où les transferts du pouvoir.

Ironie de se trouver devant la nécessité possible de travailler à cerner  nouveau les effets de l’institué … des stabilités (contre le « bougisme » et l’idéologie pompante, atomisante, du projet – qui veut dire entreprise du financement), des statuts (contre les précarisations), des institutions et de l’Etat et. Non qu’il n’y ait que cette ironie – Il ne s’agit pas d’une inversion, belle forme historique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.