Jaurès – y passer

Enfin hier, la possibilité de rejoindre le groupe/l’initiative des photos pour les exilés arrivés à Paris et lancés dans la course au statut. Parcours, combattant. Remarques :

. le lieu ne se donne pas, puisqu’il se vole. Sa logique est d’être présent et repérable dans un code parallèle à celui de l’ordre public et d’en ses publicités. Où est-ce ? Je comprends que c’est autour de la porte de France Terre d’asile, for one. Je sillonne. Comment je comprends, par la géographie. Je vois des cars de CRS en veille. Les gens dans les rues, sur le pont, les berges, d’esplanade devant le bassin (curiosité, nota, co-historique : jour d’un festival écologique, brochettes, festivité, concert open air, déguisement, dont pour le défilé manif, où je retrouve un groupe singulier dans le flot des blancs bourgeois et bohème, Coordination des sans-papiers) très mêlés. Espace carrefour de Jaurès. Femmes roms qui passent, jeunes hommes seuls en uniforme de transfuge, incertains, statiques dans l’espace que d’autres traversent vers. On apprend à l’habiter – ou plus précisément on apprend qu’on l’habite. Que c’est ici. L’histoire se présente ici. « Comme ça ».

Je chercher sur les berges, vers l’esplanade (pôle lumineux, alors que c’est bien sûr au pôle crade, et au point de veille du car CRS que ça se passe). Je reviens vers le seul groupement de gens autour d’un banc, ensemble ou pas ensemble indistinctement. Je vois la scène que j’attendais : deux femmes du côté de l’appareil, un jeune homme, visage doux et incertain, traits de grande jeunesse et identité fluide aux aguets , mains d’homme et bague orientale, se donne de front. On lui a demandé de plier les genoux pour la pose, à hauteur de photographe. Une jeune femme est aussi là, maraude de FTDA, recherchant les individus les plus exposés, mineurs etc. Elle passe, mais elle est avec une famille parents bébé, le camion FTDA les emmène. L’initiatrice du projet photo est croate. Douce, expérimentée, ouverte à parler alors qu’elle doit être, ici mon imagination, pompée de répéter, d’engager le discours. Je pose des questions, on chercher à me situer, journaliste ?, ah université, les migrants devenus exilés de P8, Tolbiac et les occupations universitaires. Maille, ici encore.

. comment l’entrée, commencement, processus  : ici je récolte les premières informations de réseau, les premiers repères de terrain. Associations identifiées, pratiques montrées et évoquées, témoignage direct, corps des gens engagés dans. Les dicibles et Vraisemblables. Il y a les effets d’étranger, unsurprising : une photographe parisienne, peut-être retraitée, une jeune femme croate parlant français et anglais, une jeune femme étudiante latino-américaine peut-être. Il y a la présence de l’université, ou est-ce plutôt des étudiants ? Ayant participé aux mobilisations. Il y a le croisement des mouvements et revendications – et même le croisement des états d’exclusion nationale : sans-papiers, réfugiés, Roms et petits vendeurs de rue aux habitus immigrant et clandestin. Croisement et générations historiques successives, coprésentes.

. Naeem, Pashto de Peshawar, me montre son dossier, uniforme également (cahier de pochettes transparentes, documents recueillis avec soin administrtif et porté sur lui) et son « récit », une page calibrée, disponible en français et en anglais. Je vais lui indiquer la porte pour le DU de P8. J’apprends que initiatives similaires à Nanterre et (sélectivement, c’est la signature), Sciences Po.

. Qu’est-ce qu’on photographie ? Pauvreté des photos produites, mais cette pauvreté montre. Une qualité du visible de cette vie contemporaine, partagée à l’interface parisienne.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.