Texte – terrain université-migrations

Document de terrain :

Vous trouverez ci-dessous un court texte faisant le point sur les actions entreprises par le comité de médiation auprès des exilé.e.s du bâtiments A.  

Le 30 janvier 2018, des exilés et leurs soutiens (issus d’universités du centre de Paris et de Paris 8), ont occupé une partie du bâtiment A. Ils demandaient une régularisation collective des  personnes présentes sur place et, plus généralement, la fin des politiques migratoires européenne et française. L’université Paris 8 et sa direction ont entamé des discussions, sans procéder à une évacuation pendant une période hivernale particulièrement glaciale. 

Un comité de médiation (CM) a été constitué dans ce contexte, représentatif l’ensemble des collègues de l’université (étudiants et doctorants, personnels administratifs et enseignants-chercheurs). Le CM a été à l’écoute des exilés/de leurs soutiens, et de l’équipe présidentielle à la fois. Il a cherché à travailler avec un double objectif : le soutien aux revendications des exilés et la nécessité de prendre en compte la situation propre de notre université (qui accueille des publics fragiles, avec des moyens limités et assure une mission de service public). En direction des exilés, il a mené un travail d’accompagnement. Nous avons ainsi aidé à la libération de deux exilés en rétention, permis la mise à l’abri de plusieurs mineurs présents dans le bâtiment, coordonné une partie des actions de soutien (lettres, appuis politiques, etc.), permis le suivi médical des exilés présents et en particulier des femmes. Pour cela, nous avons contacté et rencontré plusieurs dizaines d’acteurs, associatifs ou officiels, intervenant dans les domaines de l’expertise juridique, du logement, de la santé, etc. Enfin, le CM a  soutenu les démarches d’inscription des migrants souhaitant intégrer des formations à Paris 8 à la rentrée 2018-2019.

En dépit des efforts entrepris par toutes les parties en présence (présidence, soutiens, CM) et de développements encourageants, nous n’avons pas réussi à obtenir de réponse positive concernant la situation administrative des personnes concernées. Au mois d’avril dernier, à leur demande, la présidente de Paris 8 a eu des contacts suivis avec le ministère de l’enseignement supérieur et la préfecture de Seine-Saint-Denis, qui évoquaient alors des gestes significatifs et importants à destination des exilés. Avec l’accord de ces derniers et de leurs soutiens, une liste des demandeurs de titres de séjour a été établie et transmise aux administrations compétentes. Environ cinq semaines plus tard, la préfecture a fait savoir qu’elle ne sortirait finalement pas du cadre strict de la loi. Sur les 133 dossiers examinés, une vingtaine seulement pouvaient prétendre à obtenir des papiers sous une forme ou une autre, les autres étant renvoyés aux règles des traités européens et à la législation française.

Dès l’obtention de cette réponse, qui nous à toutes et tous consternés, une réunion a eu lieu en présence de la présidente, des membres du CM, des représentants des exilés et de leurs soutiens. Constatant que le processus politique était désormais inexistant et que la situation matérielle de l’université ne permettait pas la poursuite d’une occupation, la présidente et les soutiens présents se sont entendus de concert pour une fin de l’occupation au 17 juin 2018. 

Pendant ces quatre mois, le comité de médiation a tenté de réfléchir concrètement à la manière dont l’université pouvait, fidèle à son histoire et à sa tradition d’accueil, appuyer, auprès des autorités compétentes les demandes des exilés.  En ce mois de juin, la majorité des exilés arrivés en janvier a déjà quitté le bâtiment A. De nouvelles personnes sont arrivées avec lesquels ni le CM, ni apparemment les soutiens, n’ont réussi à nouer de contacts. Les locaux connaissent un problème sévère d’hygiène et d’approvisionnement, malgré des actions ponctuelles de quelques soutiens.

Le CM a décidé, vendredi 8 juin, en accord avec la présidence, de cesser son travail.

Le comité de médiation.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.