L’institution now – le commun

Valentin S hier soir présente son livre à la librairie l’Humeur vagabonde. Il revient sur un lien transhistorique où je crois localiser une proposition, que je recherche dans son travail ou en prolongement de celui-ci : ce débat sur l’institution, si effervescent et si intense dans son époque politique et sociale, comment se transforme-t-il dans des formes reconnaissables aujourd’hui ? Dilué dans la mondialisation, et le tournant / la falaise de 1980 ? Ou bien prolongé en transforme, sous quels mots de passe alors ? Valentin propose donc de voir une continuité dans la discussion du commun et des communs chez Dardot et Laval. Consider that.

Cela porte le trope du commun – en effet pôle actuel d’une pensée qui cherche, par divers bords, à recadrer le politique, la lutte politique, et les horizons de politique soit de transformation d’un capitalisme, néolibérale et bientôt illibéral – à une fonction que je n’avais pas encore considérée. Ou curieusement déjà considérée mais peut-être simplement pas prise suffisamment au sérieux, en tant qu’option et essai politique. Essai de repolitisation.

Le commun, donc, comme machine de guerre dans le bloc historique néolibéral avancé ? Parmi quelles autres options ? Avec quelle qualité analytique soit stratégique ? Etc. Dans quelle histoire délibérée, travaillée comme alternative et réactualisation, par rapport au communisme ?

L’étonnement, la légère conversion du regard, est dans le fait que le commun, débat reconnu et situé, soit pensable comme incarnation aussi d’une succession à la critique guerre-froide (anti-staliniste en particulier) de la bureaucratie et de l’Etat ; suite d’une réflexion sur l’Etat et l’émancipation. Les connexions à faire sont longues.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.