Lectures inertes. Sociologie de la radicalisation

Farhad Khosrokhavar, sans doute recherche indispensable, mais Radicalisation, de 2014, fait comprendre ce qui laisse une lecture presque morte :  rythme et mouvement, sans portée (désorganisé, organisation quand elle est là disproportionnée, sans forme, où la physique du sens ne peut pas s’accrocher s’embrancher). Le texte ne donne pas son mouvement  non plus par l’absence de présentation du rapport entre remarques apportées et travail de leur production : quelle méthodologie, quelles enquêtes, quelle constitution des faits, savoirs et conclusions ? Sans indication de processus, le produit est mi-mort.

Et que peut, que fait, la science sociale, avec un objet si particulier que le radicalisation ? Une des difficultés constitutives est la production étatique de la notion, et alors le rapport jamais clarifié, vidé, de la sociologie avec la raison d’Etat. On peut donc : faire une revue de la littérature (qui fera souvent ressortir les enjeux des langues, souvent le français et l’anglais par où j’en lis, et l’arabe) ; faire émerger des typologies (que faire d’autre avec l’étude des conduites ?) ; faire emerger, également, des générations, soit une histoire une évolution une adaptation (originalité de FK ici) ; rapporter des énoncés d’enquêtés, parole indigène, — puis la sociologie.

(Que font d’autre, sur la base de l’acteur social ou de la conduite sociale (action), Weber, Touraine, Élias ? Des effets critiques sur les discours savants ou idéologiques dominants. Des frayages scientifiques. How do you get to that?)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.