Université et révolution, 1968, 1988, 2018

Verfremdungeffekt frappant, éclairant, à la lecture de La Brèche, Morin, Lefort, Castoriadis 1968 puis Vingt ans après.

Université, révolution, jeunesse, gauchismes contre communisme, fond d’internationalité / internationalisme (tiers monde)… la mesure des transformations depuis ces descriptions possibles, ces cadres d’analyse. « La société bourgeoise », la nouvelle « jeunesse » comme force politique, « l’université », le paysage politique, l’état de la « classe ouvrière » : tout a pris un étonnant coup d’histoire, le suranné, le décalé, tout ce qu’il y a actualiser, et c’est ce contraste des cadres, réflexes et évidences – en ce moment de réinvention flottante en bourrasque – qui fait voir les cadres éventuellement invisibilisés du présent.

Travail pour le produire par le contraste. Lecture à faire. Ce que jeune, ce que bourgeois et ouvrier/travail, ce que carrière et diplôme, ce que étudiant signifient. Université, comme lieu culturel, lieu politique, couche social.

*

Morin parle de la sociologie auxiliaire d’un pouvoir, déferlement des questionnaires depuis 1950s. Sociologie comme espace disciplinaire pour les savoirs d’Etat et la compromission de l’université en tant que productrice des carrières et profils de carrière de « l’expert-bureaucrate au service des pouvoirs » (15). Parle également des littéraires et de la sexualité, comme champs concernés, mobilisés, 26, discutés.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.