Saussure Weber : savoirs et savants

Toujours difficile de saisir Weber. Je me rends compte que je l’ai beaucoup lu déjà, mais ça me glisse entre les mains. Sociologie de la religion ici.

La question de la rationalité. Pour ?

Clairement il y a la pression d’une sociologie de la sociologie, et des savoirs institutionnalisés, historiques, et en constitution. Il en va de la disciplinarité, et de ce que fait un sociologue. Sociologie de la connaissance, par une critique de l’intellectualisme ordinaire.

Point de vue mutuel avec Saussure : l’attention prêtée à la double existence du savoir des acteurs (savoir des sujets parlants, les fidèles comme intellectuels de leur religion – la comparaison trouve une face commune ici mais il y a quelque chose qui déborde du côté de Weber, supplémentaire : aller jusqu’à concevoir ceux-ci comme des intellectuels. Organiques alors. Gramsci a fait la même extension) – savoir des acteurs donc, et savoir des savants sur les acteurs, actions et sphères d’action.

Le “sentiment linguistique” saussurien (contre “les grammairiens), et la rationalité, sens social et socialisant (contre le matérialisme historique, entre autres, pour une articulation complexifiée entre agir social – et positionnant dans le social -, et non-idéologie, corrigé en “vision active du monde”) pour Weber. La rationalité de tout agent social alors, contre la foule par exemple, et contre le sauvage freudien par exemple. Voir.

 

Weber pose la rationalité de la religion dans son expression minimalement élaborée, animisme, et pose symétriquement l’irrationalité de la religion théologisée.

 

Savoir qui sait. Pour trouver les contours des nouvelles sciences.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.