Limiter le politique – & Weber

Je me débats pour comprendre, triturer jusqu’à clair, quelque chose comme une minimisation du politique, décomplétion par historicisation, qui ramènerait bien à sa part la part du politique qui relève de la polis, civility, laissant dégagée et libre de ses variations historiques – et, here’s the point, de ses variations à venir càd à faire ; libérations – la part que la phase pré-politique ou hors polis illustre bien : le pouvoir, le partage du pouvoir, le Prince, l’Etat, sans doute les déclinaisons du peuple, populus populace jacqueries d’ailleurs…

Ce qui veut dire rejeter l’appui sur la catégorie du politique pour rendre compte des effets de déterminations sociales, d’hégémonies, d’aliénation, et de sens dominant aussi. Idéologie.

 

Après, il faut sans doute s’occuper du rapport, très énigmatique, rendu énigmatique peut-être, entre socialités horizontalités, même jamais planes, et verticalités, échelles emboîtées de pouvoir. Place de l’Etat alors. Social, culturel, et pouvoir. Bon.

 

Tout ça bien secoué encore une fois par la sociologie, les surprises qu’elles me fournissent toujours – leçons répétées de matérialisme, et modèles pour concevoir l’articulation “de l’idéel au matériel”, si avec Weber. Secoué en particulier par Weber, dont j’ai toujours du mal à sentie la position de travail, le point d’entrée et “point d’Archimède” (I Kalinowski). La causalité des actions sociales, et les effets de domination.

 

Aussi, par un autre biais : la limitation du politique, et de la pression, injonction, par exemple médiatique ou d’identité sociale (différenciée par classes, est-ce par nature exactement ?), du politique – comme signe de participation à la responsabilité collective, statut de l’adulte en citoyen. Il y a une sociologie du politique, qui prend tout à fait par un autre angle que ne fait une sociologie politique. Déjà Weber ici, avec le métier de politique. Aussi par ex Florence Josuah sur une sociologie de l’engagement (altermondialiste dans le cas de son enquête). Ce qui amène à la sociologie de la “participation”, citoyenne et électorale (et alors parler de crise du politique). Qui joue le jeu, et trouve un intérêt à jouer le jeu. Qui s’engage contre le jeu, pour retourner les règles. Et qui se met hors jeu, qui est interdit de jeu, et encore ignorant du jeu. Nul n’est censé.

 

Faudrait square this with ce que fait Rancière en insistant sur la distinction le politique / la politique, pour forcer un espace pour la démocratie, “haïe”. Squaring ici : vérifier les conditions possibles d’un rapport de contexte, et des traductions nécessaires pour rapporter. Exercer les plans, les décliner, et les voir se décliner, se comparer en tant que plans d’immanence.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.