Olivier Roy de nouveau – not « Islam et politique »

Attirée encore vers O Roy : L’Echec de l’islam politique, finalement y passer. Phase ancienne, des objets historiques et de l’analyse et de l’état des débats – et pourtant, une clarification nécessaire. Presque 30 ans.

Dans La Sainte ignorance, une clé sur la distinction entre communauté et société. Clé pour la conceptualisation des nouveaux effets sociaux de religiosité, en mondialisation avancée. Ainsi qu’une discussion de l’anthropologie religieuse (Asad, Geertz), et du culturalisme. Débouchant dans la figure du Clash of Civilizations. (Chaîne ?). Coupant : sociologie politique (dit-il dans l’Echec, Postface).

Dans L’Echec : invalide le cadre conceptuel, et disciplinaire, de « Islam et politique », pour parler des islamismes, de la religion en mondialisation, et de la « crise de la culture », dans le profil de la mondialisation, ultimately (mais il s’arrête au seuil de cette question monstre – dans Sainte Ignorance). Invalide « théocratie », à la fois comme concept pertinent ET comme réalité historique, qu’elle soit contemporaine ou de toute époque (contradiction). Et invalide encore « Clash of Civis », qui prend une figure très passagère, expression d’un moment (contre sa prétention à l’eternel des races culturelles.)

Les thèses sont fermes, on les craint un peu. Pourtant convaincantes. Par historicisation (contextes spécifiques, insistance) et par sociologie politique. (Plus un point de vue qu’une méthodologie. Comment travaille-t-il d’ailleurs ?) Configurations sociales des thèmes, « combinaisons » des sphères politiques, culturelles, religieuses. Sociales ?

O Roy : une liberté, elbow room, pour penser la nouveauté et la mobilité historique des « sphères », culture, social, politique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.