Islamismes des 1970s – tiers-mondismes

Il faut, en effet, redégager la continuité historique matérielle entre islamismes (du coup, étant rentré dans le détail maintenant, le pluriel s’impose, c’est déjà un bénéfice) et tiers-mondismes. Dont la question du terrorisme, « enfant des années 70 » dit Roy.  Autant Brigades rouges et Action directe que les « hezbollahs preneurs d’otage » (19).

Excellente historicisation d’Olivier Roy, toujours.

Voir comment la divergence commence ensuite, par la simple opération des propositions idéologiques : l’islam, la prétention à l’islam, l’islam comme mot d’ordre politique, doivent se culturaliser (universalisme impossible, contrairement au marxisme) et s’individualiser (la foi comme la conversion renvoient à la croyance individuelle, et fait fonctionner une structure de secte).

Et alors l’étrange divergence aussi entre discours des islamismes et leur pragmatique politiques. Tout la contradiction, c’est la thèse de Roy, de la religion prise pour idéologie politique. (Elle peut être revendicatrice, de démocratie, mais etatique, gouvernementale ?)

Je veux dire : il y a une réelle logique, historiquement probable, à poursuivre le travail sur le colonial le mondial càd les histoires modernes de l’étranger vers les interfaces polémiques entre orientalismes (et interrogation anxieuse sur les genèses de l’Etat libéral, quand l’URSS fait totalitarisme puis la mondialisation dénationalise) et islamismes (développements postcoloniaux des tiersmondismes). Islamismes : figure, configuration historique, oui régionalisée – c’est leur fragilité -, du rapport mondial à la modernité, et de la modernité coloniale. Du monde moderne.

Islamismes, et leurs dérivations en néo-fondamentalismes, mon objet toujours donc. Curieux de me retrouver là. Beaucoup de calcul, de compréhension des homologies structurelles (concepts et histoires), pour comprendre ça. Ce que ca doit élucider dans ce que c’est que cet objet. Toujours devant moi à comprendre. Et toujours plus complexe et multiplié. Monde connecté (le, est). Modernité coloniale (la, est) plus exactement.

Objet alors : l’étranger. Culture et politique. Politique de la culture.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.