Orhan Pamuk, Neige

L’investissement a été si considérable, j’en rage si nul produit n’en résulte. Notes disparates donc, au moins ici.

. ville frontière – c’est à dire porteuse de longues histoires inter-impériales : Ottomans, Russes, avec la présence puis l’absence des Arméniens. Neige : ici pour la marge marche impériale. Contrée naturelle, sauvage, rude, isolée. Pauvreté, misère, ruines de splendeur (espace de villégiature et satellite d’empire ?), traces des départs et exils (théâtre, résidences arméniennes et russes. Maisons de thé. Denrées.

. effacement de la date. Un continu moderne ? des tensions nationales turques, héritières de celles de l’empire ottoman ? Islamismes, terrorismes, laïcité et coup d’Etat … de l’Etat, clandestinité, surveillance, militarisation. Assassinats, kidnaps. Kurdes nationalistes.

. les jeunes islamistes- lycées des prédicateurs. Thème lié à l’espace marginal ?

. femmes et voile – toujours un peu question instrumentalisée, dans la narration même presque. Cause de la quête, et de la route de Ka vers la marge (alors qu’il vient d’un centre maximal : extension allemande, Francfort, de la modernité laïque turque) : le suicide des femmes voilées. En fin de roman, le dernier sens donné à ce motif revient à la parole de Kadife, soeur d’Ipek. Pamuk fait se dévoiler Kadife sur scène, en bout de course, après longues variations et permutions du motif. Reste assez énigmatique : figure narrative variée, revolving light, plutôt que sens idéologique consolidé. Est-ce vraiment une exploration ?

. intertexte Kafka, et alors Coetzee et tout le sillage de Kafka, en modernité littéraire. Il y ici le thème impérial, qui fait une résonance particulièrement forte avec Kafka. Aussi : une dépsychologisation soigneuse, et comique / grinçante, du personnage. Callous, innocent ignorant incompétent à lire ses propres situation.

. statut de la littérature, réflexivité. Orhan (prénom seul, moment où l’écran se crève) personnage double de Ka, romancier pour son poète. Ignorant et irresponsable (narcissique en temps de crise sociale, faible masculinement) comme lui, relais. Placer donc le roman Neige dans ce ton, auto-dérision, amertume wry sur le statut d’auteur.

. longueur du texte  : demande une expérience de lecture, prolongée. Les lentes et nombreuses variations, la lente évolution des motifs, qu’on pourrait volontiers ignorer comme répétitivité. La neige ! Puis la synthèse forme du flocon, construction conceptuelle de Ka, mi-sérieuse.  Les rayons du flocon, on les parcoure.

. l’histoire et la scène. Centralité du personnage d’acteur et metteur en scène, Sunday Zaim (et sa partenaire), acteur du coup d’Etat, activiste culturel dans tout le pays en longue carrière, met en scène le coup puis, en répétition structurante de l’oeuvre, son propre assassinat par l’innocente Kadife, toute en cheveux. Télévision nationale.

. la neige ! Si insistante, qu’elle 1) signifie pour la sottise politique de Ka, et 2) devient -on se demande – autodérisoire pour Pamuk.

. Kar, Kars, Ka, Kadife.

. traduction ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.