Société, sociétés

Oui, immédiatement la réponse, IK rappelle : la sociologie (de la / des religion/s de Weber est comparative. Avec le protestantisme puritain et capitalisant comme modèle et repère toujours actif, même quand absent de l’objet direct à l’étude. Il s’agit de idéals-types, dont la compréhension systémique repose sur les variétés historiques possibles. IK note aussi, avec un brin de scepticisme, le caractère universel et global du projet et de l’horizon sociologique de Weber.

IK pose la question de l’histoire, et va rechercher dans Weber les témoignages d’une prise en compte de l’histoire, sa contingence, ses événements. La converson d’Ashoka, l’Exode juif.

Mais l’histoire est plus que les événements, qui font des destins – aussi, la formation des collectifs, l’acculturation, et dans le jeu des différences culturelles. Alors.

 

L’objet de la “sociologie de la religion” projet weberien est, explicitement : les religions “mondiales”.

 

Les sociétés que vise Weber : “les communautés religieuses” ( sous-titres de Soc de la rel). La religion comme socialisante, doctrine d’éthique.

Peut-on y comparer “la culture” ; “la légende” et son ” personnage populaire”.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.