Intellectuels islamistes – sociologie, et politique des savoirs

Très important : Intellectuels et militants (Kepel et al. dir.) des islamismes, à partir des 50s aux 80s. Puis tournant, dont libéralisation et désétatisation, FMI, arabisation, et surpopulation universitaire – à partir des 70s les profils islamistes changent, moins occidentalisés et moins formés.

Savoir et islamismes. Cadres, urbain. Savoir comme structure de classe (ici, rapport à l’Etat et au fonctionnariat, à la politique d’étatisation post-indépendances, soit avant les libéralisations des 70-80s en effet. Savoir comme profil politique (projet révolutionnaire islamique, et rupture avec les structures et institutions de savoir de la tradition et des ouléma). Et savoir comme  point d’articulation à la  « modernité » et l’occidentalisation.

Et la « sainte ignorance », périodisée dans la même séquence : ce passage de génération entre islamisme et « néofondamentalisme ».

Le fil de la question ici : savoir et critique/émancipation, savoir et pouvoir – dont la révolution (comme contestation de la domination occidentale et des régimes compromis avec elle). Les révolutions anti-critiques. Complexité des contestations. Type de l’Iran.  Shariati, encore. Et, par ailleurs, les intellectuels islamistes. Révolutions a-politiques, anti-politiques : à vrai dire sans doute toujours une dimension, vers destruction de l’Etat et horizon de société sans classe.

Egalement : la fonction historique du lieu université pour le développement des islamismes, et de la classe étudiants.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.