Inertie politique – Castoriadis sur 1968

Un de ces points de pénétration les plus rentrés, sous le nez, sous les pieds, sur le politisme (ou la « mystification », drôle de revoir passer cette notion, datée avec précision, dans l’analyse de Castoriadis dans La Brèche). Qu’est-ce que peut bien signifier « inertie politique », avec son sous-entendu dénonciateur ?

Ici, une analyse de l’état du système en « capitalisme moderne » – qu’en est-il ici de la catégorie systémique attendue de l’activité citoyenne ? Et, du point de vue d’une gauche révolutionnaire et anti-stalienne, de la catégorie attendue des sujets des luttes, militants ou positionnels ? L’inertie ici analysée comme produit de la société de consommation, de la « privatisation » (au sens de repli sur les intérêts non-collectifs), de l’inappétence à prendre en responsabilité les décisions collectives. On appellera ça individualisme, ailleurs (ou est-ce plus tard ?). Une aliénation, donc. Une paralysie d’une classe, due à une situation du système.

Même question, is it exactly ? (non parce que les sphères sont la révolution dans un cas et la social-démocratie de l’autre, mais oui en bloc historique, peut-être, c’est à voir), dans les inquiétudes de nos décennies sur la « participation » politique. Désaffection des partis et du jeu électoral, crise du « politique » comme forme historique et culturelle.

Evidemment le cœur intime, obscène, de la question est l’inquiétude quant au sens, càd à l’existence sociale subjective, d’une pratique de vie apolitique, ignorante de, infans sociale. Le sujet woolfien toujours : au ras, oui problématique politiquement, défigué (et flouté par le mouvement, Mrs Brown) mais aussi critique des figurations. Capable de faire émerger les contours d’un politisme. Position idéologiquement – moralement, sans doute – délicate. Et pourtant source d’instruction, encore et encore. Ce qu’il ne veut pas dire de sens (la significance est autre chose, et potentiellement destructive. Aucune raison particulière pour qu’elle ne le soit pas.).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.