Les problèmes louches – start here

. apolitisme – désengagement, indifférence, inertie, mauvaise volonté, cynisme, irresponsabilité, ignorance

. les mauvais peuples – organisation des égoïsmes, des pouvoirs, des exclusions, des inégalitarismes, des « fanatismes », des violences.

. les pratiques de la corruption, de la criminalité organisée. Leurs socialités, leurs pratiques, leur socialité. Éventuellement leur légitimité en résistance, étant interpellés comme tels, cf criminal castes and tribes in the Raj.

. les mauvais discours – contre une poétique toute en émancipationnisme et révolution, l’attention (avec Foucault et al., et en effet une masse, majorité peut-être, des observateurs) aux discours qui instituent des dominations, oppressions, exclusions, racismes, classes, etc. Leur opération discursive. Leurs poèmes : voilà la question contrariante. Ici, da’wat islamiste, par exemple (L’Echec, Roy).

Poems for evil! Their virtue is to show up the sentimentality of poetics’s morality. Moralism. Make sure it works along the knife edge rather.

Commencer par eux.

. de même : les mauvais savoirs. Des business schools et expertises néolibérales aux prédications et formations néofondamentalistes, among others. Les intellectuels organiques de. Les experts. De même, situés ailleurs sur la carte transhistorique des problèmes, les nouveaux « intellectuels et militants » des mouvements islamistes (cf Kepel et Richard 1990) = c’est un savoir par le bas (bas complexe, hybridé, mais lequel n’est pas ça, voir le fragment chez Gramsci), anti-autoritaire, révolutionnaire (adressé directement à l’Etat), et un savoir « indigène », également hybridé.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.