Sociologie de la religion – prise Weber

C’est : « une sociologie des doctrines de la délivrance et des éthiques religieuses ».

 

Enjeu : le rapport matérialiste entre doctrine et éthique, à mettre en paradigme avec économie et société (puisque s’agissant du capitalisme, il s’agit du protestantisme puritain). Entre sens (et alors les intellectuels, de toutes organicités) et socialité, qui inclus les rapports entre groupes et donc la domination. Idéel et matériel.

Comment de la sociologie découvrant la dimension du social, ou de la sociologie émergent de la psychologie sociale, en vient-on à cette dialectique qui me paraît très moderne ? Psychologiser la pensée et l’identité, pour la détacher des subjectivités victoriennes, bien. Alors psychologiser le collectif, bien. Par ailleurs, penser les nouvelles émergences sociales, « foules », « masses », démocraties à reconfigurer sous la pression ouvrière aussi, socialités du capitalisme industriel, bien. Pression de la sociologie socialiste, bien également. Marx Engels configurateurs, imposant un cadre analytique, et introduisant (sans l’inventer) la question de la tension entre idées et économie-infrastructure.  Par où cette suggestion passe-t-elle, vient-elle ? Depuis quel champ social, et intellectuel ?

 

Nota : la question qui fait large à la sociologie : les sociétés. Et les rapports entres sociétés. Le comparatisme « mondial » est une réponse, une figure de cette question disons, méthodologique. Mais il reste la plus large part de  la question, illimitée, et donc suspendue.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search