Désagrégation du tiers-monde

L’article de Thomas Brisson sur Abdel-Malek Altas et Chatterjee avec les conférences de l’UNESCO cherche à articuler la fin du tiers-mondisme autour de ces trois « trajectoires divergentes », en montrant la ramification des cheminements dans la multiplicité des contextes. L’histoire en apparaît en creux, elle est à rapiécer. L’article laisse l’hésitation ouverte sur la perte dans divers sables.

La Brèche, texte de Morin dans Vingt ans après, retourne à cette question ou y intersecte, alors qu’il s’agit de donner un récit aux conséquences de 68. C’est par le fil de la « 2e vulgate marxiste », où « le prolétariat tiers-mondiste prend la succession du Messie » (238). Articulations données ici : jusqu’à 1973 les deux lignes ouvertes (anar libertaire, communautés, écologie, féminisme, minorités ; marxisme et vraie révolution, mao trotskiste, vulgate dont universitaire), puis 1973-1976 : crise économique et crise mythologique. Autodestruction Krouchtchev, bande des quatre, Pol Pot communisme cambodgien (1976-1978), Vietnam libérateur autodétruire avec les boat people (1976) et colonisation du Cambodge, Cuba « enfer de poche ».

En 1979 Révolution islamique en Iran, et bascule vers la mondialisation. Crises des indépendances, début du postcolonial et ses complexités (rattrapés par l’histoire), 1970s et tournant 80 années des islamismes. Connexion ici avec Roy.

Aussi, non seulement l’épisode des nouveaux philosophes mais la notion du postmoderne. Lyotard 1979 je crois. Brisure de 68 / 1973-1978, fin du progressisme (dont colonial et décolonial). Croisement contemporain du postmoderne et du postcolonial. Deuil de la modernité et en pleine face évidence des nouvelles et anciennes complexités.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.