Savoirs islamistes – Kepel Richard 1990

Intellectuels et militants de l’Islam contemporain.

Très bonne généalogie pédagogique, jalons pour l’apparition de cette nouvelle figure ou classe intellectuelle des années 1980 en pays musulman, Égypte ici paradigme – en contraste avec l’Iran mais aussi le Maghreb.

Question qui se dégage : il s’agit bien de savoirs (tels que… à voir justement), et bien situés en position et intention critiques. Savoirs « indigènes », par le bas, anti-autoritaires, contestataires, forts d’une self-consciousness pragmatique (car il s’adresse au prince et à l’Etat – à l’Etat comme prince uu Pharaon, justement). Savoir ni élite ni « populaires », classes moyennes éduquées à l’université. Modernes donc.

Puis Kepel propose la catégorie de Weber : « intellectuel prolétaroïde », les petits fonctionnaires et les petites prébendiers de tous les temps, qui sont munis d’une éducation considérée les plus souvent comme inférieure ». … Bien que je reconnaisse mal le profil des islamistes tels que presentés, justement. « Ces couches  ne sont… pas liées par les conventions sociales pour ce qui est du sens à attribuer au cosmos, et l’intense passion éthique et religieuse qui les anime n’est pas freinée par des considérations matérielles », oui. Les intellectuels sans pouvoir, hors pouvoir, for sure. Cité p. 25.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.