Savoir dans l’histoire – now

Is this correct ? Plus je socialise, historicise, les conditions du savoir, plus je suis incertaine de mes propres bases matérielles et idéologiques. Devenues fluctuante, c’est bon pour la liberté et mauvais pour la gravité nécessaire pur que les pieds touchent bien par terre, sur du terrain. Foulent bien une matière du monde social, y agisse.

Mise en doute crucialement de l’agir universitaire, pédagogique, scientifique. Qu’est-ce qu’un étudiant ? Une université ? Une pratique de savoir ?

La dimension de l’histoire répond substantiellement. En tout cas on peut en faire des récits héroïques, ou même, cela suffit, des dessins sémantisés.

Mais se prend-on pour l’histoire. Dans l’histoire.

Ahurissement devant la productivité assurée de Foucault, Dits et écrits vol. 2 enfin entrée les mains au sujet de la révolution iranienne : travaux et interventions de toutes sortes, et confidence un peu estomaquante dans l’emprunt de la position journalistique pour rendre compte du déroulement de la révolution, penser les événements. (Pendant qu’il met en route l’idée éditoriale des « reportages d’idées », prises comme événements.  Et pendant les années de Territoire population et de Naissances de la biopolitique.

Je pense aussi à Montaigne, également enfin repris : la dépense passionnée de cette rédaction exploratrice, inventrice de l’essai. Que dans l’ignorance du contexte intellectuel et scientifique d’époque je suis tentée de prendre à la romance : dans un vide tout subjectif, conatus impressionnant. Comme le prend Woolf.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.