Savoirs dans l’histoire : complexité (Egypte)

Trouble augmenté, dans mes incertitudes pratiques de la vie scientifique, avec un apport tel que l’étude d’Alain Roussillon sur « Intellectuels en crise dans l’Egypte contemporaine » (dans Intellectuels et militants de l’Islam contemporain, Kepel et Richard eds.).

Tableau qui sociologise profondément, impliquant une géopolitique des savoirs un peu autrement articulée que celle générée par les dénonciations postcoloniales des orientalismes (US aid, entre autres, et programmes de recherche lancés et financés sur place). Qui doit, selon la carte de ses objets, prendre ensemble des situations ou types d’intellectuels plus divers que le type classique qu’on aime manipuler en France (d’occidentalisme extrême sur ce point). Puisqu’il s’agit d’intégrer à l’analyse les nouveaux ingénieurs du developpement mais aussi les jeunes islamistes, formés ou auto-formés, produits de nouvelles mutations sociologiques impliquant/impliquées dans la massification de l’enseignement et les problèmes des débouchés tout de suite.

Multiplication des coordonnées pour rendre compte de. Nationales et dépendantes. Cet elargisssment s’impose alors en retour pour un portrait plus complet sur la situation européenne. Beaucoup de conséquences à calculer. Vertigineux, un peu.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.