Agenda : sur l’énonciation

Le projet est assez mou, en raison de l’économie libidinale universitaire du moment. Pourtant il se dessine et revient. Il faudrait, on pourrait, faire un livre sur les pragmatiques, énonciation et peuple, énonciation et pouvoir : de Butler, Mouffe et Laclau, Benveniste sur l’institution, et alors aussi Castoriadis. Les néo-marxismes. Deleuze et Guattari. (Placer Laugier ici, pour le plaisir de tirer au clair une confusion de lecture actelle qui irrite). Les articulations du langage et du matériel, pouvoir, par exemple travaillés dans Les Equipements de pouvoir (Guattari en belle forme ici, sur une axiomatique – Il ne dit sa référence que tard et en passant : théorie des ensembles, Cantor – contre Fourquet sur les inscriptions, enregistrements, codage, limitation, écritures : du territorial sur les flux de la « production sociale », belle physique toujours). Discours, son histoire, quelques sondages, francophones et anglophones.

Placer aussi JL Faye en effet, et Klemperer.

Ça fait simplement refaire le parcours de l’ère d’un langage, mais en tenant l’énonciation distincte. Faut reprendre à partir des notes posées au moment d’Ambdekar.  Et la perspective du culturalisme, et des débats et dénonciations dudit, pour déplacer vers la culturalité du pouvoir.

De quoi le nom


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.